Anne Fraïsse : « Les défenseurs d’un accès à l’université pour tous sans conditions ferment les yeux sur la réalité »

©Université Montpellier 3.
©Université Montpellier 3.

Anne Fraïsse, présidente de l’université Montpellier 3 Paul Valéry, répond à « La question de l’Ajéduc » sur la sélection à la fac.

Ajéduc : L’université doit-elle avoir le droit de sélectionner ses étudiants ?

Anne Fraïsse : « Quel est le problème auquel sont confrontées les universités ? Celui d’une inadéquation entre les connaissances de certains bacheliers et leur choix d’études. Parce que le baccalauréat est considéré comme une porte d’entrée universelle, tout bachelier peut s’inscrire où il veut.

Cela donne des situations aberrantes. Peut-on imaginer qu’un élève qui a fait quatre ans d’anglais au collège puisse s’inscrire au lycée en italien première langue dont il ne parle pas un mot ? Or à l’université, personne ne peut interdire quoi que ce soit à un lycéen. C’est particulièrement vrai pour les bacheliers professionnels dont les études antérieures ne sont pas d’emblée adaptées à des parcours généralistes (environ 90 % d’échec en Licence 1).

Ensuite, il y a le problème de la libre réinscription des redoublants. Une enquête a révélé dans mon université, dont les taux de réussite en première année sont pourtant au-dessus de la moyenne nationale, que 750 étudiants sur 6.000 ont moins de 2 de moyenne générale en L1. Est-il normal de les laisser se réinscrire l’année suivante sans aucun contrôle ?

Plutôt qu’une sélection de chaque université, il me semble qu’il faut chercher la solution dans un certain nombre de principes de base. En premier lieu : fixer pour chaque filière la liste des baccalauréats qui ouvrent le droit d’accès en L1, et les pré-requis et modalités mis en place pour accueillir les autres.

Car actuellement les défenseurs d’un accès pour tous sans conditions ferment les yeux sur la réalité. La sélection existe à l’université. C’est une sélection par l’échec en fin de première année. Et c’est sans doute la pire des sélections puisqu’elle renvoie la responsabilité sur l’étudiant. »

Propos recueillis par Camille Stromboni

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s