Regards croisés jeunes et médias sur l’engagement citoyen : rencontre avec l’Afev le 3 avril

Spot de l'Afev de Metz, oct. 2012

L’Ajéduc et l’Afev (Association de la fondation étudiante pour la ville) co-organisent le 3 avril une rencontre entre jeunes et journalistes sur l’engagement citoyen, le service civique… Ces questions sont aujourd’hui au cœur des débats, pour créer un autre lien entre la République et les citoyens. Les formes d’engagement se renouvellent et sont davantage tournées vers une demande d’utilité sociale et concrète.
Les citoyens s’engagent de plus en plus dans les associations, et dans le même temps, l’abstention lors des élections gagne du terrain.
Nous vous proposons un échange en partant des expériences de chacun et de notre rapport à l’engagement, en tant que citoyen, engagé, journaliste.

Quand ? le vendredi 3 avril, à 9h30.

Où ? dans les locaux de l’Afev : 26 bis rue du Château Landon, 75010 Paris (métro lignes 7 ou 7bis : Louis Blanc).

Pour vous inscrire à la rencontre, c’est via ce sondage Doodle.

Rappel : seuls les membres de l’Ajéduc peuvent s’inscrire. Pour adhérer à l’association, complétez ce formulaire.

Rencontre autour du métier d’enseignant avec Blanche Lochmann, le 25 mars

Campagne de recrutement de l'Éducation nationale, janvier 2015.
Campagne de recrutement de l’Éducation nationale, janvier 2015.

L’Ajéduc organise, le mercredi 25 mars, une rencontre avec Blanche Lochmann, présidente de la Société des agrégés, sur le métier de professeur.

Thèmes de la rencontre : les enseignants sont-ils réticents au changement ? Le métier est-il encore attractif ? Quel est le rôle des professeurs – et des agrégés, présentés trop souvent comme les ferments du conservatisme – dans l’évolution de l’école ?

Et au-delà, la société des agrégés s’interroge sur les enjeux de la modernisation de l’école alors que l’Éducation nationale avance par objectifs à court terme sans se prononcer sur le type de société que l’école doit contribuer à construire. Résultat : la réforme prône l’innovation et le changement sans être jamais vraiment innovante.

Quand ? le mercredi 25 mars, à 9h30.

Où ? dans les locaux de la société des agrégés : 25, rue Descartes – 75005 Paris (métros M10 Cardinal Lemoine ou M7 Jussieu).

Pour vous inscrire à la rencontre, c’est via ce sondage Doodle.

Rappel : seuls les membres de l’Ajéduc peuvent s’inscrire. Pour adhérer à l’association, complétez ce formulaire.

Laïcité et éducation : compte-rendu de la rencontre du 11 mars

©Ajéduc, mars 2015.
©Ajéduc, mars 2015.

Nicolas Cadène, rapporteur de l’Observatoire de la laïcité, était l’invité de l’Ajéduc le 11 mars dernier, pour la rencontre « Laïcité et éducation : 10 ans d’échec (2004-2014). Comment redonner du sens à l’école républicaine ? » Une douzaine de membres de l’association ont participé à cette discussion. Voile à l’université, proposition de loi visant l’interdiction du voile pour les nounous ou enseignement du fait religieux ont notamment été abordés.

Concernant la proposition du député Éric Ciotti (UMP ) d’interdire le voile à l’université, Nicolas Cadène fustige les « lois d’émotion » et souligne que la France est déjà l’un des pays les plus restrictifs. « Il faut arrêter d’être obsédé par les apparences. S’il y a prosélytisme, perturbation de cours, oui, il faut des sanctions. Mais ce n’est pas parce qu’on n’aime pas quelque chose qu’on l’interdit. » Il rappelle aussi que la neutralité ne s’applique pas aux usagers, sauf à l’école publique.

Autre proposition de loi présente dans l’actualité, celle du parti radical de gauche visant à interdire le voile aux assistantes maternelles. À ce propos, Nicolas Cadène réagit vivement, jugeant cette proposition « scandaleuse, contre-productive, dangereuse ». « C’est une rupture du principe d’égalité », affirme-t-il.

Lire la suite

Alain Juppé : « Notre système éducatif exige une adaptation de grande ampleur »

©Thomas Sanson.
©Thomas Sanson.

Ancien premier ministre (1993-1995), maire de Bordeaux depuis 2006, candidat à la primaire de l’UMP en vue de l’élection présidentielle de 2017, Alain Juppé a annoncé en février qu’il irait « tout au long de cette année à la rencontre des acteurs de l’éducation nationale ».

Ajéduc : Tout en soulignant que « rien ne se fera sans la confiance des enseignants » ni sans reconnaître, y compris sur le plan financier, leur engagement, vous voulez rétablir le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, donc reprendre les réductions de postes qui ont démoralisé l’éducation nationale jusqu’en 2012. N’y a-t-il pas incompatibilité entre ces deux propositions ?

Alain Juppé : « On ne peut pas mettre sur le même plan l’un des leviers de réduction de la dépense publique et la reconnaissance que la Nation doit accorder aux enseignants à la hauteur de l’importance de leur mission. L’évolution des effectifs des fonctions publiques devra naturellement être modulée en fonction des besoins prioritaires. S’agissant de l’Éducation nationale, je ne méconnais nullement la nécessité d’accorder des moyens plus importants, par exemple dans le premier degré, car les premiers signes de décrochage se manifestent dès le plus jeune âge. Mais il faut sortir d’une approche qui réduit depuis tant d’années le débat sur l’école à la seule question des moyens. Les défis à relever sont infiniment plus complexes.

Lire la suite