Bernard Koehret (créateur d’APB) : « Ne plus demander aux candidats de classer leurs vœux est une erreur »

La question de l’Ajeduc, à Bernard Koehret, créateur d’Admission post-bac (APB) :

Question : Des milliers de bacheliers s’étant retrouvés sans formation à la rentrée, beaucoup ont rejeté la faute sur APB, dont vous êtes le concepteur… S’est-on trompé de combat ?

B.K.:.Dans le discours concernant APB, il y a en permanence une confusion entre deux algorithmes : en l’absence de réglementation permettant aux universités de choisir leurs étudiants lorsque la demande est plus forte que la capacité d’accueil, un premier algorithme de classement des candidats à une licence est utilisé, un algorithme d’affectation est ensuite mis en œuvre pour satisfaire au mieux les souhaits des candidats.

La Cour des Comptes, dans son rapport d’octobre 2017, précise : « L’adossement de la procédure à un algorithme d’affectation est un des éléments fondamentaux de l’optimisation induite par APB car il permet de faciliter le processus naturel de rencontre entre offre et demande de formation ».

Les critiques des usagers, de la Cour des Comptes et les injonctions de la CNIL portent sur les critères et le tirage au sort utilisés dans le premier algorithme. Concernant la hiérarchisation des vœux des candidats et l’algorithme d’affectation, tout le monde reconnaît son efficacité qui permet de réduire le stress de la plupart des candidats.

Il ne faut pas se tromper de cible : être éliminé d’une licence par un tirage au sort parce que la réglementation n’autorise rien d’autre n’est évidemment pas satisfaisant. En déduire qu’il ne faut plus demander aux candidats de classer leurs vœux et d’utiliser un algorithme pour satisfaire au mieux ces vœux est une erreur.

Evidemment l’utilisation d’un algorithme ne résout pas tout : en 2017, 808 000 candidats ont participé à APB pour 654 000 places, 81% des candidats ont obtenu un de leurs trois premiers vœux. Par manque de places, quelques milliers de candidats n’ayant pas fait un nombre suffisant de vœux adaptés sont restés sans proposition comme chaque année sans qu’on soit sûr qu’un nombre significatif de ces candidats n’aient pas trouvé une formation préférée hors APB.

Propos recueillis par Erwin Canard

Danièle Manesse: « L’écriture inclusive ne divise pas entre droite et gauche »

La question de l’Ajéduc à Danièle Manesse*, professeure émérite de sciences du langage, université Sorbonne nouvelle Paris III

Crédit photo SNUipp-FSU

Question: Ce qu’on appelle « l’écriture inclusive » relève-t-il d’un combat féministe de gauche?

D. Manesse. Combat de gauche ? Ce ne fut ni celui de George Sand, de Louise Michel, de Simone de Beauvoir, ni d’Antoinette Fouque, à ma connaissance. Si être de gauche, c’est chercher à accroitre* les droits de ceux qui en sont privés, tout féminisme est de gauche. Mais je ne pense pas que les femmes gagnent quoi que ce soit à cet artifice de lettrés. L’écriture inclusive ne divise pas entre droite et gauche, et l’adhésion bruyante de certains milieux révèle surtout le conformisme politiquement correct et la peur d’être taxé de machisme. Au départ, il y a l’effet Knock, (« les gens bien portants sont des malades qui s’ignorent ») : les femmes doivent prendre conscience de leur écrasement par les formes de la langue. La cause procède par intimidation, argument d’autorité, culpabilisation (« seul·es les partisan·es de la domination masculine devraient s’étouffer devant l’écriture inclusive »).

Les sociétés indo-européennes étaient patriarcales, leurs langues en portent des traces. Mais la grammaire, l’ordre de la langue, n’est pas le monde, la réalité concrète de la vie ; l’anglais ou le coréen ne sont pas plus « féministes » que le français parce qu’ils n’accordent pas en genre. L’Académie eut au XVIIè pour mission de stabiliser le français fleurissant en tout sens, et l’a fait avec les catégories de l’époque : comme notre nouveau clergé féministe de la langue, l’abbé Bouhours confondait la grammaire et le monde. Ce débat surchauffe les médias tétanisés et on confond des choses bien différentes :

– Une question de lexique, qui, en effet, relevait d’une censure machiste. Il est normal d’avoir des mots disponibles pour désigner les métiers et statut des femmes ; des textes officiels sont disponibles depuis 30 ans ! Rappelons que l’expression « invisibilité des femmes » a surgi sur ce thème des métiers. Nul doute que l’avocate acharnée à se faire appeler « madame l’avocat et cher confrère » dit quelque chose de son rapport au pouvoir.

– Une règle de grammaire qui prescrit que le « masculin l’emporte sur le féminin ». Ce n’est pas son sexisme qui la rend problématique mais son «invraisemblance » dans certains cas : « mes quatre cousines et leur père sont contents ? ». Il suffit de traiter au cas par cas, s’il y a conflit, en appeler à la variation possible, à la transgression exceptionnelle de la règle, comme on le fait à l’oral. Nul besoin de changer la règle générale mais améliorons sa formulation si on la juge agressive : le « genre dit masculin » neutralise au pluriel l’opposition entre les noms féminins et masculins…

– Le bouleversement de la chaine écrite, enfin, témoigne de l’ambition d’une caste lettrée à confisquer le bien commun : elle a le droit de chahuter la langue écrite ! L’unité de la langue écrite, c’est le mot ? Peu importe, elle charcute pour ses besoins son ordonnance à l’écrit et les mots disloqués brisent syntaxe et morphologie. Elle jubile à élargir la distance entre l’oral et l’écrit, à rendre la langue écrite impossible à oraliser. Si 20% de la population a une maitrise insuffisante de la langue écrite à 16 ans, cela ne la concerne pas, pas plus que les difficultés de l’enseignement de la lecture à plus d’un million d’enfants par an. Elle est au-dessus.

Propos recueillis par Luc Cédelle

  • Danièle Manesse est notamment coauteure (avec Danièle Cogis) de Orthographe, à qui la faute? (ESF, 2007) et a dirigé Le français en classes difficiles. Le collège entre langue et discours (ENS Lyon, 2003)
  • L’édition de ce texte, à la demande de Danièle Manesse, applique les recommandations de 1990

Quelle formation et quelles écoles de journalisme au XXIe siècle? Rencontre Ajéduc avec Joe Foote, président du conseil mondial des écoles de journalisme

59fffa46bbddbd051d3bb199La France organisera le Congrès mondial des écoles de journalisme, en juillet 2019.
Joe Foote, président du Conseil mondial des écoles de journalisme, de passage à Paris pour préparer cet événement, rencontrera les membres de l’Ajéduc autour d’un petit déjeuner.


Il interviendra aux côtés de Pascal Guénée, directeur d’IPJ-Paris Dauphine, secrétaire général de la conférence des écoles de journalisme & Chairman du comité d’organisation du 5e WJEC Paris 2019.
Ensemble, ils préparent avec l’Unesco une initiative pour affirmer qu’il ne peut y avoir de médias libres et indépendants sans une formation au journalisme de qualité, et disposant des moyens et de l’indépendance nécessaires.

 

  • Lieu et horaire: jeudi 30/11/2017 à 9h précises à IPJ-Paris Dauphine (24, rue Saint-Georges, 75009 Paris).
  • Inscription obligatoire via ce formulaire en ligne.
  • Participation réservée aux membres à jour de leur cotisation (possibilité d’adhérer le jour même).
Joe Foote est doyen du Gaylord College of Journalism and Mass Communication d’University of Oklahoma. Monument de l’enseignement du journalisme aux Etats-Unis, il est à l’origine de la création du Conseil mondial des écoles de journalisme.
Ce militant infatigable de la formation au journalisme partira dès le lendemain de notre rencontre à Karachi au Pakistan, région où il mène des projets depuis plus de 20 ans.