Michel Lussault : « On ne voit pratiquement rien sur ce qui se passe réellement dans les classes »

Suite de notre série d’entretiens sur la manière dont les questions d’éducation sont traitées par les médias, lancée à l’occasion du colloque organisé par les Cahiers pédagogiques le 30 octobre 2012.

©Michel Lussault.
©Michel Lussault.

Rencontre avec Michel Lussault, qui dirige depuis mi-octobre 2012 l’Institut français de l’Education (ex-INRP). Ce géographe préside aussi le Pôle de recherche et d’enseignement supérieur de Lyon depuis 2008.

Ajéduc : Parle-t-on vraiment-assez- des questions d’éducation dans les médias ?

Michel Lussault : « Je serais tenté de répondre oui, tout le temps… mais en réalité, on n’en parle jamais. Il y a une distorsion : l’éducation apparaît comme un sujet de très important dont les medias se font l’écho avec des marronniers, tels que la rentrée scolaires, le baccalauréat, la violence. Il y a comme cela une sorte d’omniprésence de l’éducation. Mais en réalité, ces marronniers, ou ces réactions à chaud après un fait divers, constituent un leurre, un écran de fumée. Tout le monde à l’impression d’être informé dans un pays où tout le monde croit être un expert de l’’éducation. Il y a en réalité très peu d’analyse, très peu d’enquête de fond, très peu de compréhension du système éducatif. La presse se contente souvent de stéréotypes, de poncifs. Je suis frappé de constater que très peu de journalistes qui parlent d’éducation dans les grands médias connaissent vraiment le fonctionnement du système. C’est vrai, excepté pour les médias spécialisés. Et à la télévision, c’est pire… »

Lire la suite