Éric Debarbieux sur les portiques proposés par Laurent Wauquiez à l’entrée des lycées : « Une non-solution techniquement inepte »

Éric Debarbieux, professeur en sciences de l'éducation, ex-délégué ministériel chargé de la prévention et de la lutte contre la violence en milieu scolaire.
Éric Debarbieux, professeur en sciences de l’éducation, ex-délégué ministériel chargé de la prévention et de la lutte contre la violence en milieu scolaire.

L’Ajéduc : Le président LR (Les Républicains) de la région Auvergne – Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, a annoncé le 21 janvier que, conformément à ses promesses de campagne, des portiques de sécurité vont être installés dans une quinzaine de lycées dans le cadre d’une expérimentation et en vue d’une généralisation à tous les établissements de la région avant la fin de 2016. Que vous inspire cette décision ?

Éric Debarbieux : « Laurent Wauquiez ne fait rien d’autre que tenir ses promesses. Cela reste pour autant une triste défaite de la raison. Il est inutile d’invoquer à ce propos un désaccord idéologique. Au nom même de la « protection situationnelle » cette proposition est techniquement inepte. Tout point de concentration est potentiellement une cible. Les portiques non seulement concentrent les personnes mais de plus les fixent. S’agit-il, comme c’est présenté, de dissuader d’éventuelles attaques ? Il est difficile de compter sur la politesse du gentil terroriste qui va choisir de passer les portiques avec sa kalachnikov ou sa ceinture explosive alors qu’un lycée s’étend sur parfois plus d’un hectare. Il en va de même de la vidéoprotection. Espérer qu’elle effraye le terroriste est d’une naïveté déconcertante : tout school shooting est un drame de la communication, où être visible par vengeance ou par revendication est indispensable ! Lire la suite