L’Ajéduc se mobilise autour de mediaeducation.fr

Le 13 septembre, pour sa première rencontre de l’année 2016-2017, l’Ajéduc a accueilli Sylvie Fagnart, responsable de l’Agence mediaeducation.fr et de la plate-forme éponyme. Au-delà de la présentation de l’outil de mise en relation des journalistes prêts à s’engager dans l’éducation aux médias et des enseignants ou animateurs en quête d’intervenants, les débats ont tourné autour des questions posées par les interventions auprès des enfants et des jeunes. Défiance à l’égard des médias et complotisme en tête.

L’ambiance était aux retrouvailles, dans le hall de l’EMI (Ecole des métiers de l’information), le centre de formation aux métiers de l’information qui accueillait la rencontre de rentrée de l’Ajéduc, le 13 septembre 2016. 12 journalistes, membres de l’association, étaient venus rencontrer Sylvie Fagnart, responsable de l’agence mediaeducation.fr. François Longérinas, vice-président de la plate-forme du même nom, et directeur de l’EMI, était également présent.

Rassembler davantage de journalistes

L’idée du projet est « de rassembler tous les acteurs de l’éducation aux médias et les mettre en relation à travers une plate-forme », a résumé François Longerinas. Résultat : mediaeducation.fr a été lancée en mars 2016 lors des dernières Assises du Journalisme à Tours pour recenser et soutenir toutes les initiatives dont le but est de sensibiliser toujours mieux les jeunes à la question des médias, en France. Dans cette démarche de mutualisation, mediaeducation.fr a développé son agence, gérée par Sylvie Fagnart. L’Agence permet de mettre en relation, de façon simple et rapide, des journalistes volontaires, avec des enseignants ou encadrants d’associations en quête de professionnels prêts à intervenir auprès des jeunes.

ajeducsept2016
Sylvie Fagnart, responsable de l’agence (au centre) et François Longérinas, vice-président de la plate-forme (à droite de Sylvie Fagnart) présentent mediaeducation.fr aux membres de l’Ajéduc/  Photo: DmLeboulanger

De l’intervention ponctuelle aux « résidences de journalistes »

« Tout le monde montre un vrai intérêt au projet, mais il ne s’est pas encore propagé comme un feu dans une plaine sèche », a déploré la responsable de l’Agence. Mi-septembre, 200 personnes étaient inscrites sur la plate-forme et seulement 60 auprès de l’Agence, dont l’objectif est de rassembler davantage de journalistes prêts à s’engager dans l’aventure (lire ci-dessous : « comment rejoindre médiaéducation ? »). Un engagement à géométrie variable, comme l’a expliqué Sylvie Fagnart aux journalistes éducation, « les interventions dans le cadre scolaire ou périscolaire peuvent être très ponctuelles – une fois par an – ou beaucoup plus régulières, et aller jusqu’aux résidences de journalistes, selon les envies et disponibilités de chacun ». 

« dans vos articles, vous mentez »

Très vite, le débat a porté sur les questions soulevées par la participation des journalistes à l’éducation aux médias auprès du jeune public. « Un jour, pendant une intervention, j’ai eu droit à ‘Madame, vous croyez, vous, que les tours sont tombées ?' », a lancé une journaliste participant régulièrement à la Semaine de la presse et des média dans l’école, portée par le Clémi (Centre de liaison et d’éducation aux médias d’information). « Des élèves m’ont carrément dit ‘mais vous, dans vos articles, vous mentez' », a ajouté une autre. Autour de la table, tous ont reconnu qu’il était parfois difficile de savoir comment réagir et comment intervenir « dans un contexte généralisé de défiance vis à vis des médias, nourris pas des plantages médiatiques, des manquements déontologiques », comme l’a résumé un membre de l’association. La responsable de la plateforme a relevé la difficulté de « donner des clefs pour critiquer les médias officiels sans accroitre la défiance des jeunes à l’égard des journalistes ».

Théories du complot

Autre problématique face à laquelle les journalistes ont avoué se sentir assez démunis : « les théories complotistes », relayées par les réseaux sociaux et dont les élèves se sont fait l’écho, notamment à l’occasion des attentats. Une partie du débat a porté sur la manière d’aborder ces thèses avec les enfants et les jeunes. L’un des membres de l’Ajéduc a souligné la difficulté de contrecarrer une théorie du complot, en arrivant avec un autre discours se présentant également comme la vérité. Un collègue a estimé que la posture de l’intervenant était primordiale pour « instaurer un climat de confiance » avec les élèves. « Il ne faut pas venir avec des idées arrêtées ou la science infuse. Il faut reconnaitre ses limites et ouvrir le dialogue », a-t-il préconisé. Certains ont souligné le manque de ressources permettant de préparer les interventions et de nourrir la réflexion de chacun autour de sujets aussi sensibles et incontournables que le complotisme (A ce sujet, l’Ajéduc a reçu Thomas Huchon, réalisateur de « Conspi Hunter », en mars dernier). Des membres du bureau ont proposé de mettre des ressources utiles dont ils disposaient sur ce sujet au service de tous. Des travaux d’enseignants et contacts utiles glanés, notamment, lors de reportages. Une démarche qui s’inscrit dans le sens du travail de mutualisation déjà entamé par mediaeducation.fr.

Acteurs de l’éducation

La rencontre a duré bien au-delà de l’heure prévue et le dialogue s’est poursuivi jusqu’à une heure tardive, lors de l’apéritif-dînatoire de rentrée de l’Ajéduc. Une preuve, s’il en fallait, de la nécessité de débattre de ces sujets au sein de la profession et de favoriser les échanges entre journalistes, qu’ils prennent déjà leur part dans l’éducation au média ou hésitent encore à le faire. « Journalistes mais aussi citoyens », les membres de l’Ajéduc sont nombreux à exprimer leur envie de passer, ponctuellement au moins, du statut de témoin à celui d’acteur de l’éducation. Cette rencontre en aura convaincu certains de franchir le pas. Le chantier est immense. Les échanges entre les deux associations ne font que commencer.

Olivier Brocart & Damien Leboulanger
respectivement en formation de Journaliste Rédacteur Multimédia et SR (secrétaire de rédaction) à l’EMI*

Comment rejoindre Médiaéducation ?
L’inscription
Le journaliste volontaire passe par une double inscription. 1/ sur le site pour recevoir les informations et l’actualité de la plate-forme. 2/ sur l’onglet Agence du site et remplissant une fiche d’information qui précise ses disponibilités et le temps qu’il accepte de consacrer à une action d’éducation.
L’engagement

 

Les choix sont multiples et ouverts, d’une intervention unique dans l’année à un engagement régulier ou plus long. Depuis peu, l’Agence Médiaéducation propose des résidences de journalistes. Ce dispositif a été initié par le ministère de la culture sur le modèle des résidences d’artistes. Le ministère finance le travail d’un journaliste sur l’espace d’une ou plusieurs communes.
La rémunération
Les interventions ponctuelles sont généralement bénévoles. Pour les projets éducatifs plus longs, une forme de rétribution est envisagée en fonction des budgets.
Les interlocuteurs
Un enseignant ou acteur éducatif sur le temps périscolaire remplit un formulaire de l’agence, dans lequel il précise ses attentes avec plus ou moins de précision. La mise en relation avec le journaliste pour monter le projet en détail se fait via l’agence. Elle souhaite également développer la formation des journalistes à ces interventions, comme elle l’a fait récemment en Ile-de-France.

* L’Ajéduc accompagne cette année les stagiaires en formation à l’EMI (Ecole des métiers de l’information) en leur proposant d’assister à nos rencontres sur leur temps libre et de produire ensuite un article pour ce blog.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s