« Avec ou sans note » : telle n’est pas la question !

©Rodin, 2014.

François Muller, spécialiste de l’accompagnement du changement et du développement professionnel, concepteur de RESPIRE, réseau social de l’éducation, répond à l’Ajéduc sur la question de la notation.

Ajéduc : « À l’heure où le jury de la Conférence nationale sur l’évaluation auditionne et délibère afin de rendre ses recommandations, lors des journées de l’évaluation des 11 au 13 décembre 2014, la problématique de l’évaluation semble se concentrer sur la question de la notation. Or, sur le terrain, si des équipes dans le second degré expérimentent les classes sans note, de nombreux enseignants hésitent. Selon vous, pourquoi ? »

François Muller : « On s’arc-boute sur le visible alors que les processus en jeu sont invisibles. ‘Avec ou sans note’ n’est pas la question. Étymologiquement, évaluer, c’est extraire de et communiquer sur la valeur : comment s’assurer de la valeur du travail des élèves ? Comment communiquer (mieux) dans sa classe, pour chacun des élèves, auprès de leurs parents ? Quel dialogue proposer ?

Les équipes déjà engagées dans cette démarche signalent que le changement est long, collectif et durable si l’on ose la vraie question : comment organiser l’apprentissage pour une école plus juste, plus accompagnante pour tous les élèves ?

La note signifie peu pour l’élève sur sa progression et la manière de s’améliorer. Quand elle devient « moyenne », elle sanctionne juste un niveau terminal. Il s’agit de reconsidérer la fréquence de la sommation et sa juste place : une certification en fin de cycle.

Cela permettra de dégager du temps pour apprendre, ensemble ; les enseignants seront plus sensibles à la fabrication de la compétence, plus attentifs à enrichir les interactions dans la classe, à investir dans l’auto et la co-évaluation par et pour leurs élèves.

Il faut armer conceptuellement et pratiquement les enseignants. Les clés résident dans la professionnalisation des pratiques en évaluation et l’accompagnement soutenu de chaque école ou établissement. Ces défis majeurs questionnent les modalités de la formation, de l’inspection et renvoient au développement professionnel des enseignants. »

Propos recueillis par Marie-France Rachédi

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s