Le code, nouvelle discipline scolaire ?

stephanie_de_vanssay_credits_luc_bentz_petit-300x200
©Luc Bentz.

Professeure des écoles, conseillère technique sur les questions du numérique à l’école au SE-UNSA, conceptrice du TwittMOOC pour aider à apprivoiser Twitter, Stéphanie de Vanssay est immergée de manière militante et volontariste dans les usages pédagogiques du numérique. Stéphanie de Vanssay répond à l’Ajéduc.

Ajéduc : Les propositions se multiplient pour « bâtir l’école numérique », selon le titre d’un rapport du Conseil national du numérique. Même si le gouvernement n’a promis qu’une « initiation » en marge du temps scolaire, certains mettent l’apprentissage du « code » (ou « codage ») informatique sur le même plan que le « lire-écrire-compter » et voudraient en faire une nouvelle discipline dès le primaire. D’autres, dont vous êtes, s’y opposent et mettent en avant le concept d’ « humanités numériques »… qui pourrait cependant générer un baccalauréat spécifique ! Pouvez-vous nous éclairer sur une différence qui ne saute pas aux yeux ?

Stéphanie de Vanssay : « Aujourd’hui, le numérique est partout, dans la vie personnelle et professionnelle de chacun. Nous devons en tenir compte à l’école et il serait bien illusoire de croire qu’apprendre à coder et créer une nouvelle discipline seraient des réponses adaptées. En effet, le code n’est qu’un aspect de ce que nos élèves doivent aborder pendant leur scolarité. En ce sens les humanités numériques, définies sur Wikipedia comme étant « l’application du “savoir-faire des technologies de l’information [et de l’informatique] aux questions de sciences humaines et sociales” », sont bien plus ambitieuses.

Il s’agit de préparer nos élèves à devenir des citoyens éclairés dans une société numérique et à les confronter aux questions soulevées par les usages et enjeux du numérique : Comment s’exprimer en ligne ? Quels sont les modèles économiques en jeu ? Quels sont les principes de fonctionnement des logiciels utilisés ? Comment contribuer au partage des savoirs en ligne, etc.

Cela suppose que tous les enseignants soient concernés et non qu’ils se reposent sur le seul professeur d’informatique ! Quant au bac « Humanités Numériques » c’est une proposition intéressante, mais le numérique doit être présent dans tous les bacs (y compris les bacs pro) et il faudrait revoir les modalités d’examen à l’aune du numérique aussi ! Dotons nos élèves (sans oublier les profs et leur hiérarchie) d’une solide culture numérique où le code informatique a toute SA place mais certainement pas toute LA place ! »

Propos recueillis par Luc Cédelle

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s